Vous êtes inquiet pour votre enfant et vous ne savez pas quelles sont les bonnes questions à poser. C’est tout à fait normal. Cet article vous guidera dans les questions importantes à prendre en compte.

Questions de base à poser

Commençons par l’essentiel. Ce sont aussi des questions que vous devez poser dès le départ. Elles peuvent sembler évidentes, mais elles servent de point de départ à la conversation pour faire savoir à votre dentiste que vous êtes prêt à avoir une conversation sérieuse.

Mon enfant a-t-il besoin d’une anesthésie pour une intervention dentaire ?

L’anesthésie signifie que votre enfant est rendu inconscient. Les dentistes débattent encore des risques et des avantages de l’anesthésie sur les enfants. Faites vos recherches et forgez votre propre opinion. L’anesthésie est un point essentiel sur lequel il faut se mettre d’accord.

Quels sont les médicaments qui seront utilisés pour la sédation ?

En général, il s’agira d’agents anesthésiants très specifiques. Il est également possible d’évoquer les informations médicales personnelles de l’enfant, comme les allergies.

Qui donnera la sédation à mon enfant ?

En général, le professionnel sera formé et expérimenté. Cependant, traiter un petit enfant est différent de traiter un adulte ou un adolescent. Les cabinets dentaires peuvent être des lieux très fréquentés, montrez ici votre inquiétude pour rappeler au dentiste que vous attendez de lui la meilleure personne pour ce travail.

Y aura-t-il des moyens de contention tels qu’un Papoose Board ?

Dans quelle mesure votre enfant est-il à l’aise avec les visites chez le dentiste ? Quels sont les moyens de contention nécessaires ? Encore une fois, entamez la conversation sur les questions essentielles. N’attendez pas que le dentiste entame la conversation.

La suite de l’article vous présente les questions à poser à chacune des trois étapes d’une procédure. Vous pouvez les traiter comme une check-list à parcourir avec votre dentiste.

Questions n° 1 avant l’intervention

1. Qui fournira l’évaluation préopératoire ? Les antécédents médicaux de l’enfant, ses allergies, les médicaments prescrits, les maladies et hospitalisations antérieures doivent tous être pris en compte.

2. Quelles sont, et pour combien de temps, les restrictions en matière d’alimentation et de boisson avant l’intervention ? Le jeûne est-il nécessaire ? Mon enfant peut-il encore avoir de l’eau ?

3. Mon enfant a-t-il besoin de médicaments sédatifs (administrés à domicile) avant l’intervention? À quoi dois-je faire attention ? Qu’est-ce qui constitue une urgence? En cas d’urgence, quel numéro de téléphone dois-je avoir à portée de main?

4. Quel est le type de formation de la personne qui administre la sédation ou l’anesthésie ?

Qu’en est-il de l’expérience avec des enfants du même âge que le mien ? Quelles sont les certifications dont cette personne est titulaire ? (Notez que les différents niveaux de sédation signifient souvent que les conseils dentaires et les associations nationales doivent répondre à des normes différentes)

5. Le cabinet dentaire dispose-t-il de tous les permis et licences requis par le conseil dentaire de l’état pour le niveau de sédation ou d’anesthésie offert ? Cela peut sembler insultant, mais un cabinet dentaire qui s’est donné la peine d’obtenir les certifications appropriées sera probablement fier de les partager. N’ayez pas peur de les demander.

2 Questions pendant l’intervention

1. Quel est le niveau de sédation suggéré ? Un simple engourdissement ou une anesthésie ?

Voici les différents niveaux de sédation. Sachez avec quels niveaux vous êtes à l’aise par rapport a votre enfant.

● Sédation minimale – Détendue et éveillée
● Modéré – Somnolent mais éveillé
● Sédation profonde – À peine réveillée
● Anesthésiste général – Inconscient

2. Quels sont les équipements, le personnel et les plans d’urgence qui sont tenus prêts pendant la procédure ? Voici une question à garder à l’esprit à chaque étape de la procédure. Rien n’apporte plus de tranquillité d’esprit qu’un plan d’action solide.

3. Le bureau dispose-t-il d’un ECG ? Qu’en est-il de la pression artérielle, de l’oxymétrie et du pouls ? Ce sont tous des équipements standard pour les cabinets dentaires agréés.

3 Questions après la procédure

Vous avez peut-être l’impression d’être sorti du bois, mais c’est là que votre enfant est le plus vulnérable à toute complication

1. Comment la surveillance de l’enfant se fera-t-elle après la procédure ? Quels médicaments, équipements ou procédures d’urgence faut-il garder à portée de main ?

2. Existe-t-il un plan d’intervention écrit fourni par le bureau ?

3. Quel est le meilleur numéro de contact d’urgence à utiliser en cas de complication ? Devriez-vous appeler directement le cabinet du dentiste en fonction de symptômes spécifiques?